Atout Manga – Interview avec Nicolas Stefanov. 1/2

Présente depuis plus de 10 ans sur Nancy, la boutique Atout Manga fait vibrer la Cour des Arts. Elle a définitivement quelque chose de spéciale, on a l’impression de rentrer dans une petite ville avec des spécialistes à chaque coin. Aujourd’hui partons à la rencontre du responsable d’Atout Manga pour nous parler dans cette première partie de la boutique.

 

Vue panoramique Atout Manga.

Vue d’ensemble d’Atout Manga.

DN : Nous sommes ici avec Nicolas Stefanov, responsable d’Atout Manga, on vous laisse vous présenter.
NS : Je suis Nicolas Stefanov, responsable d’Atout Manga et qui est l’extension de La Parenthèse. La Parenthèse a décidée il y a maintenant de ça il y a 13 ans, de développer la partie manga et c’est de là qu’est venue l’idée de faire Atout Manga.

Nicolas Stefanov, responsable du magasin Atout Manga.

Nicolas Stefanov, responsable du magasin Atout Manga.

DN : Pouvez-vous nous expliquer votre poste au sein de cette boutique ?
NS :
 Globalement mon travail c’est de faire en sorte que cette boutique tourne, ce qui veut dire que je fais tout (rires). Par contre ce que je ne fais pas c’est signer et payer les factures.
Ce qui veut dire que je fais la gestion des stocks, des ventes, des représentants, des fournisseurs… Je fais absolument tout. Le travail de responsable, c’est faire en sorte de voir ce qui doit être fait afin que la boutique puisse continuer à avancer.

DN : Vous êtes là depuis le début. Avez-vous postulé ?
NS :
C’est ma plus grande fierté. Déjà d’avoir travaillé pour Jacques Pierre qui était l’ancien patron, qui était un homme extraordinaire. Cet homme, il s’est dit un jour “Allez, j’ouvre un magasin de manga” et pour ça il s’est dit “Je vais voir les représentants, et je vais leur poser une seule et même question : Si demain, une personne devait tenir un magasin de manga, qui tiendrait ce rôle ?”.
En posant cette question aux représentants, tous les représentants de l’Est de la France ont répondu la même personne, le même nom, le mien. Et donc on est venu me chercher pour travailler à La Parenthèse et c’est ma plus grande fierté.

DN : La boutique est située dans la Cour des Arts actuellement. Que pensez-vous de l’emplacement, est-il favorable au développement de la boutique ?
NS :
C’est extrêmement défavorable pour une chose toute simple, c’est que c’est une cour, elle est perdue. Pour venir dans cette cour, il faut la connaitre. Il y a des gens qui me disent “ça fait 20 ans que je suis sur Nancy, je n’ai jamais trouvé La Parenthèse”. Forcément, les personnes ne connaissent pas la Cour des Arts. C’est le premier point négatif, mais qui est balayé par un point positif, c’est le côté “Indiana Jones”. Quand les gens trouvent cette cour et qu’ils viennent, c’est un endroit magique.

Pour nous, la pub qui marche le mieux et qui en 13 ans continue à fonctionner, c’est le bouche à oreille. Nancy, c’est une ville étudiante, qui dit ville étudiante dit qu’au bout de quelques années les gamins ils se barrent. Qu’est-ce qu’ils font pendant ce temps ? Ce sont des fouineurs, des chercheurs, ils sont sur internet, dans les réseaux sociaux, ils voient tous les trucs. Donc forcément ils entendent parler de moi et quand ils viennent, forcément ils parlent de moi, et même si eux, ils partent, ils continuent à parler d’Atout Manga, à faire bouger le truc.

Vue d'entrée Atout Manga.

Vue de l’entrée d’Atout Manga.

DN : On va passer à des questions plus pointues, qu’est-ce qu’une journée type à la librairie ?
NS :
On va parler de l’extrême. J’ouvre à 10h00 mais je ne suis jamais là à 10h00, j’arrive vers 9h00, ça c’est ma journée type. Pour commencer à préparer, à ranger les cartons, à ranger les livres qui n’ont pas été forcément rangés, à m’occuper des commandes pour des périodes particulières, ou tout simplement valider des commandes.
10h00, mise en place des nouveautés, préparation du matériel pour commencer les cartons.

Si ce sont des nouveautés, je les travaille en priorité parce qu’il faut les mettre le jour J. S’il n’y a pas de nouveautés, c’est le réassortiment. Dès que j’ai fais ça, on fait d’abord pointage, réception, rangement, donc ça, ça prend déjà un certain temps. Puis on fait l’article sur Facebook des nouveautés, et on met tout ce qui est nouveautés dans les présentoirs, ça marche énormément les gens regardent beaucoup ça.

Tu as aussi les représentants que tu vas avoir dans la journée. Si tu n’as pas de pot tu vas en avoir cinq en une semaine, si tu as du pot tu vas en avoir une fois par semaine.
Entre ça, tu as aussi les salons qu’on fait puisqu’on fait partie d’Anim’Est en novembre, Senyu en mars, donc il faut aussi gérer ceci.
Tu as aussi les retours, parce que quand tu reçois des livres, c’est de gérer tout ce qui est retours. Je regarde aussi dans le magasin les invendus ou ce qui se vend le moins, et j’en sors une certaine quantité pour pouvoir libérer de la place.

DN : Autre question, la boutique possède aussi une grande quantité de produits dérivés comme les goodies, les magazines... Comment gérez-vous cette partie avec vos partenaires ?
NS : Les goodies sont fluctuants, tu n’auras pas les mêmes goodies pendant très longtemps, pas comme les livres. Il peut y avoir des ruptures, des changements de gamme, des évolutions etc. Je disais tout à l’heure qu’on a des représentants d’éditeurs qui viennent et on fait nos commandes, ça c’est facile et c’est rapide. Pour les goodies tu es obligé de régulièrement attendre des nouveaux catalogues, des représentants ou des éditeurs pour savoir ce que tu peux commander. Après j’ai de la chance avec les goodies, ce n’est qu’un produit d’appel.

Une grosse difficulté dans notre métier, c’est quand tu commandes, il faut être toutefois capable d’évaluer en terme de place. Je sais déjà quasiment la place que ça va me prendre, c’est devenu un automatisme. Je sais qu’à une certaine époque de l’année je ne vais pas pouvoir tout ranger.
Pour les produits dérivés c’est pareil, il faut que tu puisses imaginer et te souvenir des commandes passées.
C’est un peu un jeu de chaises musicales, tu vends et donc tu rachètes. Mais il y a des fois des nouvelles collections, alors tu te demandes, est-ce que j’ai la place ? Est-ce que ça va se vendre ? En combien de temps ? Et puis il faut estimer sur le temps de la sortie. Quand tu commandes des figurines, des fois ça peut sortir quatre, cinq, six, huit mois plus tard….

Rendez-vous dans la deuxième partie qui sera consacrée aux mangas en général, à la musique japonaise/coréenne et quelques œuvres pour bien débuter dans l’univers.

 

Librairie Atout Manga
8 Cour des Arts
54000 Nancy
03.83.17.19.40
https://www.facebook.com/atout.manga/

1 réponse

  1. 3 décembre 2019

    […] créateurs présents lors de cette édition. Nous avons pu voir les stands incontournables comme Atout Manga (vente de mangas, calendriers…), Akiba Station (vente de figurines et autres goodies) et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *