La Porte Désilles – De son histoire à sa rénovation

La Porte Désilles (Wiki)

Porte Désilles avant les dernières rénovations

Ce monument, construit entre 1782 et 1784, situé à l’extrémité de la Cour Léopold et face à la rue de Metz à Nancy.
La Porte Désilles est empreint d’une histoire datant de 1781 et est le plus ancien monument aux morts de France.

Cet édifice mesure 10 mètres de haut (12 si on compte l’ornement au sommet) et comporte trois portes. Celle du centre s’ouvrant jusqu’à 6 mètres de hauteur contre 3 mètres pour ses comparses à ses côtés.

Ce fut l’architecte Didier-Joseph-François Mélin, sous la directive du comte de Stainville, qui entama la construction de ce qui se nommait ‘La Porte Neuve’. Au départ, afin de commémorer la Bataille de Yorktown, où de nombreux Nancéiens trouvèrent le trépas pour l’indépendance américaine.

Cette porte arbora plusieurs noms, dont “Porte Saint-Louis”, puis “Porte Stainville” pour finalement se nommer “Porte Désilles” en 1867.

 

La Bataille de Yorktown (Wiki)

Représentation artistique de la Bataille de YorkTown

Nous savons donc que cette fameuse “Porte Désilles” ne désignait pas en premier lieu le lieutenant du même nom.
Mais une autre forme de bataille datant de 1781, bataille opposant les américains et français contre les britanniques.

Bataille qui dura 21 jours et se finissant par la défaite des britanniques, qui rendirent les armes, comprenant que la défaite était inévitable.

Cette bataille fut compliquée sous bien des points…
Passant par les maladies comme par des décisions prises sans en partager aux compatriotes, ainsi qu’une longue période de combat ayant durée 2 ans pour les britanniques.

A la sortie de cette bataille fut créés notre fameuse ‘Porte Neuve’, et également ce qui fut appelé le ‘Canada Anglais’.

 

L’Affaire de Nancy (Wiki)

Fresque représentant la mutinerie opposant les soldats et leurs officiers, avec Désilles se tenant sur l’un des canons

Nous nous propulsons dans le temps, en 1790 désormais, quand notre monument se nommait “Porte Stainville”.

Du 5 août au 31 août, la Révolution Française fait rage, et une rébellion fuse dans la garnison de Nancy.
Amenant sur la table des histoires de vols, de décompte absents sur les soldes…

Afin de rétablir l’ordre, le général de Malseigne est envoyé à Nancy sur demande de La Fayette.
Mais fut aussitôt emprisonné, lui et les autres officiers en place.

Le 16 août est voté un décret afin de tuer dans l’œuf cette rébellion, et le 18 août,
La Fayette lance l’ordre d’attaquer…”Pour donner l’exemple”.

C’est ainsi que le Marquis de Bouillé vint avec plus de 3000 infanteries et plus de 1400 cavaliers le 31 août et arrêta les mutins au bout de quelques heures seulement. Cette bataille de rue fit 300 morts et blessés.

Et c’est ici que nous avons connaissance de Désilles.

 

Désilles (Wiki)

Portrait d’André Désilles

André-Joseph-Marc Désilles, fils de Jeanne-Rose Picot de Clorivière et de Marc Désilles de Cambernon, est officier au Régiment du Roi en août 1790 et se prépare à ses fiançailles.
Fiançailles qui furent annulées car la famille de la mariée n’aiment pas la défiance que Désilles à envers la couronne.

le 31 août 1790, une mutinerie surgit à Nancy, et André s’interpose entre les mutins qui menace leurs officiers d’un trio de canons et les troupes du marquis de Bouillé.

Ce jour-là, Désilles fut frappé par trois balles, mais reste en vie malgré tout. Pour sa conduite héroïque, le 3 septembre 1790 l’Assemblée Nationale le remercie et Louis XVI lui remet la croix de Saint-Louis.

Le 17 octobre, André succombe de ses blessures ayant provoqués une septicémie. Son corps fut ramené le 3 novembre à Saint-Malo, son lieu de naissance, pour y être inhumé.

Ce n’est que 77 ans plus tard que l’on nommera “Porte Désilles” ce monument en mémoire à de nombreuses histoires mêlant héroïsme et tragédies.

 

2018, La rénovation

Revenons désormais dans un passé bien plus proche, et voyons ce que nous a réservé ces quelques dernières années… Plus précisément l’année 2018.

Le 11 novembre 2018, après plus d’un an de travaux, fut commémoré le monument. Apportant avec elle une nouvelle légende dans son espace. Si vous ne savez pas de quoi il en retourne, nous parlons de Arnaud Beltrame. Officier supérieur puis Commandeur de la Légion d’Honneur à titre posthume suite à son acte héroïque du 23 mars 2018 à Trèbes, échangeant sa vie pour libérer une otage.

Vous pouvez donc retrouver l’Allée Beltrame face à la Porte Désilles, côtoyant l’allée Arlette Gruss, au sein du Cours Léopold.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *