Le Cinéma Royal – Un nom en haut de l’affiche

Le Cinéma Royal, se trouvant rue Saint-Livier à Saint-Max, a sa petite histoire à nous raconter… Ou plutôt, ce sera le chef des lieux qui a des choses à nous raconter.
Lisez donc l’aventure d’un lieu qui a tout pour plaire aux cinéphiles, mais pas que !

Cinéma Royal

Vue extérieur du cinéma Royal

Le cinéma Royal

Pour nous faufiler à travers l’histoire de ce lieu, Hervé Cassin, gérant du Cinéma Royal depuis 1990, nous raconte comment ces salles ont évoluées depuis leurs créations.

Géré en 1946 par Jacques Artis,  il était déjà présent lors de la seconde guerre mondiale afin que les femmes de soldats profitent du lieu, le cinéma tel qu’on le connait était, avant que le bâtiment soit construit, un espace ouvert où la danse et la musique étaient maîtresses.
Et quelques fois, des projections d’images entre deux sessions orchestrales.

Ce n’est que grâce à la passion de Monsieur Artis que le Royal commence son évolution et son essor, en ajoutant un balcon, puis avec l’ouverture d’une seconde salle afin d’accueillir plus de public. Et puis vint Hervé Cassin, succédant à Monsieur Artis dans l’objectif d’ouvrir le monde cinématographique à plus de public.

Cinéma 2.0

Avec 1.5 millions d’euros d’investissement en tout actuellement, le cinéma Royal a offert de nouveaux horizons à bien des personnes.

Toujours en avance sur ses voisins, Monsieur Cassin a par exemple installé un système de son immersif sur l’une de ses salles. Ou bien encore l’audiodescription, pour que les malvoyants et non-voyants puissent profiter des films malgré leurs handicaps, et cela depuis plus de dix ans.

On a beau être petit, il faut toujours être les premiers dans tout ce qui est technologique.

Ainsi, vous pouvez vous relaxer en ces murs avec tout ce qui se fait de mieux et nouveau au sein de l’industrie du cinéma.

Plus qu’un cinéma, un lieu de vie

Avec plus de 200 millions de personnes par an en France qui vont au cinéma, le marché de ce milieu peut être un vrai parcours du combattant.

Outre le fait qu’il faut choisir astucieusement les films à mettre sur les écrans, il faut également réussir à jouer sur la concurrence.
Notamment bien faire comprendre que les prix, qui paraissent ahurissants pour certains, ne sont en fait que de bas prix par rapport à d’autres activités comme les parcs d’attractions ou les concerts.

Dans ce cas, que faut-il faire ? Monsieur Cassin a trouvé des solutions afin de palier à ces problèmes. Réunions de seniors, projections-débats, sapin de noël d’entreprises, centres aérés, écoles…

Ainsi, les personnes âgées peuvent se retrouver et les enfants peuvent, pour certains, découvrir les grands écrans pour la première fois.

Plus que des images, des sons

Après avoir entendu cette histoire, nous voulions savoir si il y avait quelques anecdotes à vous raconter, et il y en a une qui nous a fait chaud au cœur.

Une belle anecdote, du fait qu’on est équipé de l’audiodescription (comprenant des émetteurs / récepteurs et d’un casque afin d’avoir des compléments d’informations), et j’ai une personne non voyante qui m’a dit ‘Grâce à vous, je suis devenue une cinéphile‘”

On sait pas pour vous, mais grâce aux avancées technologiques, c’est beau de voir que les frontières se brisent et permettent à tous de découvrir ce qui est un loisir commun pour beaucoup.

En totale autogestion

Machine cinéma

En direct de la cabine pour la diffusion du dernier Toy Story

Parce qu’une salle de cinéma, c’est beaucoup d’entretien, donc deux salles, c’est une bataille des plus épiques.
Encore plus avec ces deux salles, où seul Monsieur Cassin s’occupe à vérifier l’état des sièges, de l’écran, que les vidéoprojecteurs fonctionnent… Seul l’entretien annuel est géré par une entreprise extérieure.

Qui plus est, l’intégralité des dépenses vient des recettes du cinéma, aucune subvention extérieure, ce qui induit à ses prix moins chers que bien des lieux, à la fois pour suivre l’évolution du marché que pour garder un accès plus libre aux salles.

En plus d’être moindre, on peut aussi réduire la dépense grâce aux CE des entreprises, aux diverses réductions sur l’année, aux cartes de fidélités… Et le cinéma est toujours présent, seul survivant des plus de 20 cinémas de quartiers de l’époque qui étaient apparus quand il faisait bon d’ouvrir une salle.

Mais voyez par vous-mêmes, admirez les derniers films Disney, ou bien encore les derniers films français, asseyez-vous en profitant des équipements vous mettant dans l’ambiance, et surtout, profitez du cinéma Royal !

 

Site internet
18 Rue Saint-Livier
54130 Saint-Max
03.83.33.23.25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *