Warp Zone – Quand le rétro-gaming et le social se réunissent.

Nancy regorge d’associations dans plusieurs domaines différents. Aujourd’hui nous allons nous intéresser à une des associations qui oeuvre autour du jeu vidéo, Warp Zone. Cette association basée en Vieille Ville dans Nancy a décidée il y a plusieurs années de créer du lien social autour des jeux vidéo.

Enseigne de l’association.

DN : Bienvenue pour cette nouvelle interview.  Aujourd’hui nous parlerons d’une association, Warp Zone, qui a pour but de tisser du lien social autour du jeu vidéo. Nous retrouvons donc deux de ses membres pour nous parler de cette association. Je vous laisse d’abord vous présenter à nos lecteurs.
Chouk :
Je suis Chouk (ndlr : c’est son surnom), secrétaire de l’association depuis quasiment sa création qui remonte à mars 2013.
Guy : Et moi c’est Guy, je suis membre fondateur ainsi qu’actuel vice-président de l’association.
Chouk : On a essentiellement pour objectif de tisser du lien social autour du jeu vidéo. C’est notre objectif premier. On a toutefois d’autres objectifs comme rassembler différentes tranches d’âge dans notre local et casser les clichés des joueurs de jeux vidéo.
Guy : Après on ne tisse pas que du lien social, on tisse aussi du lin, de la soie, et du macramé.

DN : L’association existe donc depuis mars 2013. Qu’est-ce qui vous a poussé à monter ce projet ?
Chouk : C’est notamment une personne qui a rassemblé les autres, notre président. Il avait cette envie depuis longtemps et à un moment, grâce à son entourage, il a pu avoir un local à disposition (ndlr : nous parlons ici de leur premier local, pas de l’actuel). Il a donc recruté les personnes une à une en cherchant sur des forums de jeux vidéo ou quand certains rentraient dans le local pour savoir ce qui se passait.
Une fois le projet établi, le local mis en place, on commençait à se fixer des objectifs et on a toujours voulu aller de l’avant, voir plus loin et ça a été très positif par la suite.

Bar de l’association.

DN : Qu’est-ce qu’on peut trouver dans votre local en terme de contenu ?
Chouk :
On va premièrement trouver la convivialité dans un premier temps. On va aussi trouver le coin bar avec diverses boissons et nourritures et notre coin PC. Puis il y a la cave avec les différents postes de jeux vidéo et l’écran de projection pour pouvoir projeter nos animations, activités ou diffuser du contenu. Et l’objectif de tout ça, c’est que l’adhérent puisse trouver des potes avec qui discuter et échanger pendant les permanences.

Par rapport aux permanences d’ailleurs, nous avons mis en place un schéma pour le mardi et jeudi. Le mardi c’est sous l’ancien système, avec quasiment toutes les consoles mises à disposition, des coins pour se poser, discuter ou même jouer à un jeu de société qu’un adhérent aura ramené, tout est modulable.
Le jeudi on est parti sur une permanence moins conventionnelle qu’avant. On est parti sur 3 postes de jeux et le reste c’est des endroits pour se poser, des projections sur l’écran avec le vidéo-projecteur avec toujours le coin bar mis en avant car nous sommes bien entendu un bar associatif.

DN : Et en terme de matériel ?
Chouk :
En terme de consoles, on possède à partir de la NES et on arrive jusqu’à la PS3/WiiU. Pour les jeux, on en a plus de 500 dans nos stocks. Ainsi tout le monde peut trouver son compte et profiter un maximum des découvertes. On possède aussi une borne d’arcade (la deuxième est en cours de finalisation).

DN : Le local est situé Rue Braconnot, derrière la pépinière en vieille ville. D’où est venu ce choix de positionnement ?
Guy :
C’est pas vraiment un choix. À une époque, on n’avait plus de local, cela a duré plusieurs mois. On a dû demander des aides de partout. Et finalement, on a trouvé cet endroit qui nous correspondait en terme de logistique et le loyer rentrait dans notre budget prévisionnel.

DN : Est-ce que vous envisagez de déménager un jour au centre ville?
Guy :
C’est à l’étude par contre il y a des facteurs à prendre en compte. Si on prend notre trésorerie actuelle ainsi que notre budget prévisionnel, on peut se le permettre. On pourrait, soit prendre un local avec du passage mais pas très gros, soit prendre un endroit plus gros et un peu excentré mais il faudrait être efficace sur la communication.
Mais ça reste à l’étude, actuellement on ne compte pas du tout déménager.

DN : Avez-vous eu de l’aide de près ou de loin avec la ville de Nancy?
Guy :
On ne peut pas dire non car on a pu faire des démarches, qui se sont certes avérées négatives, mais on a toutefois pu les faire. Et récemment, on a reçu une subvention mais c’était exceptionnel, ce n’est pas une subvention qu’on recevra chaque année.

DN : Pour revenir à un sujet abordé plus haut, êtes-vous amenés à intervenir dans des enseignes, conventions, médiathèques etc?
Chouk :
Oui. Les demandes sont assez diverses. En 2015 et 2016 on a eu énormément de demandes. 2017 un peu moins. On ne fait pas de démarchage, on attend finalement que les concernés viennent pour se rencontrer. Ça a essentiellement commencé en septembre 2013, quand Anim’Est cherchait une association de jeux vidéo pour leur événement.
Suite à Anim’Est, on a commencé à être contactés par d’autres conventions dont Senyu à Épinal.
Ce qu’on a fait le plus ces deux dernières années, ce sont surtout les médiathèques car elles s’intéressent de plus en plus aux jeux vidéo. Cela a pu être des conférences comme des animations.

DN : On va finir avec deux questions sur le jeu vidéo en lui-même. Actuellement, on arrive dans l’ère de la réalité virtuelle. Et à votre avis, quelle serait la suite?
Guy :
Mixed Reality. À ce jour Windows travaille dessus et c’est pas mal ce qu’ils font. C’est une fonctionnalité de Windows 10 qui n’avait pas encore été exploitée jusqu’à maintenant. Des marques ont sorti des casques avec deux caméras sur la tête et il n’y a pas besoin de capteur. On fait juste un tour sur soi même avec le casque et ça scanne la pièce.
Chouk : Moi j’aimerais notamment qu’il y ait une avancée sur l’aspect sensitif. Ressentir un peu plus ce qui se passe.

DN : Pour finir, pouvez-vous présenter chacun un jeu. Un jeu pour un novice qui n’a jamais touché une manette. Et grâce à ce jeu, lui donner l’envie d’aller plus loin.
Chouk :
Moi je présenterais Spyro 3. Il est très accessible et très complet. Avec un grand côté exploration et très peu de commandes différentes donc le joueur ne sera pas perdu.
Guy : The Legend of Zelda : The Wind Waker. Il n’y a pas besoin de savoir jouer. Il n’y a pas besoin de connaître l’histoire de Zelda. C’est globalement magique et beau. Alors certes il y a des énigmes, il faudra réfléchir etc. Mais vu que c’est un monde ouvert géant, il y aura toujours quelque chose à faire. Il ne faut pas être allergique à l’esthétique cartoon par contre.

DN : Et bien merci pour ces jeux vidéo et pour cette interview Warp Zone. On vous retrouve tous les mardis et jeudis de 19h00 à 23h00 au 27 rue Braconnot à Nancy.
Chouk :
Merci à vous pour l’interview, en espérant vous voir chers lecteurs et chères  lectrices à Warp Zone par la suite. Et surtout, gros bisous.

 

Association Warp Zone
27 Rue Braconnot
54000 Nancy
03.55.20.64.47
http://www.warp-zone.fr/
https://www.facebook.com/warpzonenancy/
https://twitter.com/WarpZone54